Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: La Bataille de Malplaquet

  1. #1
    Métèque Avatar de shadow2000
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Le SUD !
    Âge
    18
    Messages
    10

    Post La Bataille de Malplaquet

    La bataille de Malpaquet






    Contexte :
    Habsbourg-1700.jpgLa guerre de succession del'Espagne débuter en 1701 continue et la France n'est pas dans unebonne position. L’Europe est en pleine guerre pour savoir qui vasuccéder au trône d'Espagne après la mort de son dernier roiCharles II, sans héritier. Deux hommes se battent pour le trône,Philipe d'Anjou le petit fils de Louis IV, les bourbons, et le filsde l'Empereur du Saint Empire et de l'Archiduché d'Autriche, Charles , de la famille Habsbourg. Si au début la France gagne laguerre, la situation se retourne par la suite ce qui rend lasituation très compliqué et menace la France.Une grandealliance se forme en 1701 regroupant l’Angleterre, la Hollande, leSaint Empire, le Portugal, puis la Savoie-Piémont.
    Louis-XIV-Image-libre-de-droits.jpg
    AprèsRamillies, Louis XIV a tenté de négocier une paix mais lesconditions qui lui sont imposées sont inacceptables. Au fil desannées, le roi consent à des concessions de plus en plus grandesmais les Alliés, confiants en la victoire finale, posent desconditions de plus en plus dures.En1709, le Nord de la France est envahi, pour la première fois depuisle début du règne. Un malheur n’arrivant jamais seul, la Francesubit en 1709 l’un des plus rudes hivers qu’elle n’ait jamaisconnue : les températures passent fréquemment en-dessous de –20°c.Lesalliées demandent la rétrocession d'un très grand nombre deterritoire la remise de l’édit de Nantes refait mais surtoutl'obligation de faire partir Philippe du trône d'Espagne et ce parla force si besoin mais le roi de France ne peut se résoudre àfaire la guerre à son petit fils et il repousse les conditions.
    2014_7_G Succes Esp.jpgMaisle pays est épuisé. Événement inédit, le roi décide deprésenter à son peuple la situation. Le 12 juin 1709, il fait lireaux Français par les gouverneurs, intendants de province et lesévêques un texte qui sera également imprimé et affiché. Il yprésente les concessions faites, les demandes des Alliés et ledéshonneur qu’aurait la France à s’y soumettre : « Maisquoique ma tendresse pour mes peuples ne soit pas moins vive quecelle que j’ai pour mes propres enfants, quoique je partage tousles maux que la guerre fait souffrir à des sujets si fidèles et quej’aie fait voir à toute l’Europe, je suis persuadé qu’ilss’opposeraient eux-mêmes à la recevoir lapaix àdes conditions également contraires à la justice et à l’honneurdu nom FRANÇAIS.» L’appelne tombe pas dans l’oreille de sourds : les grands du royaumeapportent leur vaisselle d’or et d’argent à la Monnaie pour yêtre fondue (Louis XIV fait de même), les gouverneurs et intendantsfont tout leur possible pour assurer l’approvisionnement, et ungrand nombre de volontaires (issus du peuple) s’engagent dansl’armée. Louis XIV confie le commandement d’une armée aumaréchal de Villars, brillant général et homme populaire auprèsdes soldats mais méprisé au sein de la Cour (considéré comme unparvenu car issu de la petite noblesse) qui donne de sa personne surle champ de bataille (il a déjà été blessé 14 fois !). Le roilui adjoint Boufflers.


    Cette guerre fera entre plus d'unmillion de morts.
    Prélude :
    marechalvillars.jpg VillarsLe maréchal de Villars avaitconscience de son infériorité numérique. Les coalisésbénéficiaient également d’une supériorité psychologique enayant remporté les batailles précédentes. Villars a donc préparécette bataille attentivement, choisissant le terrain sur lequel ilallait se battre, le valorisant à son avantage de façon à utiliserau mieux ses moyens, notamment son artillerie. Il a également prisle soin de galvaniser ses troupes avant la bataille, aussi bien parle discours que par des mesures concrètes, notamment en termes deravitaillement, ce qui a donné aux troupes françaises un moralsolide. De plus si Villars et détesté de la cour, il est adoré deses hommes avec qui il partage la vie de camp et va souvent enpremière ligne (ce qui lui vaut 14 blessures).
    Louis_Francois_de_Boufflers.jpgBoufflersVillars sait que son adversaireattaque d’abord les flancs pour dégarnir le centre ennemi avant del’enfoncer. Il décide donc d’attendre l’arrivée des coaliséssur un terrain favorable, la trouée de Malplaquet, où il faitcreuser des lignes de défense et des fortifications. Il déploie sacavalerie en arrière, sur le plateau de Malplaquet et place le restede son infanterie dans les bois qui bordent la trouée, à gauchedans le bois de Sars, à droite dans le bois des Lanières. Leterrain découvert au centre peut être balayé par trois feuxdéfensifs: si Marlborough utilise sa tactique préférée, le prix àpayer sera lourd. Boufflers commande l'aile droite, Villars l'ailegauche. Plan_de_la_bataille_de_[...]Feuquières_François_btv1b84441727.jpg
    Déroulement de la bataille :

    Vers 7h15, les premiers coups decanon sont donnés des deux côtés. Si les canons français sont peuprécis et ne font que peu de victime, l'artilerie allié ellearrive à faire mouche car malgré le faite que l’infanteriefrançaise en souffre peu, la cavalerie française, non abritée,doit essuyer stoïquement une canonnade qui« allaitcomme une mousqueterie » (LaFrézelière). Les Alliés regroupent leurs fantassins en colonnes. C’est sur le bois de Sars, sur lagauche française, que Marlborough et le prince Eugène portent leurspremiers efforts (vers 8h). Les Français résistent bien maisfinissent par reculer. Le combat y est très confus. Une demi-heureaprès l’assaut sur la gauche, les Alliés attaquent la droitefrançaise de Boufflers (entre 8h30 et 9h).
    Bataille_Denain.jpg
    Le combat y est trèsintense et les morts s’accumulent, surtout du côté des Alliés :5000 Hollandais perdent la vie dans l’assaut face à 20 piècesd’artillerie française. « Je n’ai vu nulle part en un si petitespace un nombre si considérable de morts. Ils étaient [...]entassés jusqu’à deux et trois l’un sur l’autre » (DesBournays). Le prince d’Orange qui mène l’attaque se retire. A10h, les deux flancs français sont redevenus calmes et les Alliésamènent des renforts pour préparer un nouvel assaut. La droitealliée relance l’assaut sur la gauche française de Villars ; cedernier, préoccupé, décide de retirer 12 bataillons de son centrepour renforcer la gauche. Voyant cela, Marlborough avertit Orkney depréparer la cavalerie à une charge décisive contre le centrefrançais.
    malpaquet.jpgVillarsdécide de mener une contre-attaque pour déloger les Alliés du boisde Sars. Il mène l’assaut en tête mais un coup de mousquet leblesse au genou. Il essaye de commander encore mais s’évanouit etest transporté hors du champ de bataille. La contre-attaquefrançaise s’enlise de ce fait.Lemoment décisif arrive à 13h30, lorsque la cavalerie alliée décided’enfoncer le centre français, conformément à la tactiquefavorite de Marlborough.
    images.jpg
    L’infanterie alliée qui est sur lesflancs français se retire. Boufflers, qui a pris le commandementgénéral, prévient cette attaque en conduisant personnellement lescavaliers de la Maison du roi et de la Gendarmerie dans une chargecontre les cavaliers ennemis. La droite française est à nouveauattaquée mais cette-fois une partie des fantassins français cèdentet fuient. D’autre part, l’artillerie française manque demunitions.dukemarlborough.jpgAu niveau de la charge decavalerie, les Français se battent héroïquement. Le marquis de Quincy témoigne: « Les Gardes du Roy arrivèrent et ne furent pas plutôt formésqu’ils tombèrent avec toute la vigueur possible sur la premièreligne des ennemis. Ils la renversèrent malgré les mouvements que sedonnèrent les princes de Hesse et d’Auvergne qui étaient à leurtête. Les Gardes du Roy tombèrent avec la même vigueur sur laseconde ligne qu’ils enfoncèrent aussi bien que la troisième etla quatrième, et ils n’eurent que la peine de tuer les plus malmontés. » Chez l’ennemi, Schulenberg ne contredit pas letémoignage français. Les escadrons se reforment et charges etcontre-charges se succèdent.
    estampemalplaquet.jpgVoyant qu’il est impossible derompre le front ennemi, Boufflers, qui a déjà chargé six fois,décide de battre en retraite (vers 15h). Les Français se retirenten très bon ordre au son du tambour avec leurs drapeaux, emportant65 pièces d’artillerie. Les Alliés sont trop éprouvés pourpoursuivre.

    Boufflersécrit au Roi dans la soirée du 11 septembre: «Sire, la suite des malheurs arrivés depuis quelques années auxarmes de Votre Majesté avait tellement humilié la nation françaiseque l’on n’osait quasi plus s’avouer Français. J’ose assurerSire que le nom français n’a jamais été plus estimé ni pluscraint qu’il l’est présentement dans toute l’armée desalliés. »Villarsdira à quant à lui au Souverain : «Si Dieu nous fait la grâce de perdre encore une pareille bataille,Votre Majesté peut compter que ses ennemis sont détruits. »db82999137a7dd171a0a6d2939419918be11e832_300x275_Q75.jpg
    Effectif :

    Coalisés : 100.000hommes et 100-120 canons surtout formés d'éléments autrichiens etnéerlandais commandés conjointement par le duc de Marlborough et leprince Eugène France : l'arméefranco-bavaroise des maréchaux Villars et Boufflers, forte de 75.000hommes, parmi lesquels un assez grand nombre de soldats des milices,et de 80 canons malplaquet1.jpgPertes :

    Coalisés : 20-25 000 morts oublessés France : 6000 morts oublessés
    Conséquence :
    pj113228071912.jpgAu cours de cette bataille, la plusmeurtrière de toutes les guerres de Louis XIV, les coalisés ontperdu 20.000 à 25.000 hommes, soit environ un quart de leurs forces.Les Français n'ont en revanche perdu que 6 à 11.000 hommes et sereplient en bon ordre sur Bavay et Valenciennes. Si la bataille prendla forme d’une défaite tactique pour les Français dans la mesureoù ce sont eux qui ont dû abandonner le champ de bataille, ils’agit en réalité d’une victoire stratégique : l’armée descoalisés a été saignée et la route de Paris est barrée. LaFrance peut continuer à se défendre jusqu'à la victoire de Denain,négocier le traité d'Utrecht et terminer la guerre dans uneposition avantageuse. L’objectif pour les Français étaitfinalement davantage de causer le maximum de pertes aux coaliséstout en en subissant le moins possible, plutôt que de gagner labataille. Un chef militaire est toujours tenté de remporter lavictoire à chaque bataille. Un bon chef doit néanmoins savoir menerla bataille tout en préparant l’avenir.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt...4.item.r=.zoom
    Dernière modification par shadow2000 ; 08/02/2018 à 10h10.

  2. #2
    Prétorien Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    103
    bon boulot mon ami
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  3. #3
    Métèque Avatar de shadow2000
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Le SUD !
    Âge
    18
    Messages
    10
    désolé des problèmes diverses qu'il y a dessus, dès que je fais modifié ça bug et supprime des espaces ou des lignes et parfois, ça met même en gras des phrases ...

  4. #4
    Membre de l'équipe Avatar de Polyperchon
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Nord
    Âge
    18
    Messages
    10
    J'adore, j'avais déjà vu cette bataille mais là c'est très bien expliqué, je n'ai rien à redire. Excellent c'est tout ce que j'ai à dire ^^
    Les lois claires en théorie sont souvent un chaos à l'application.

  5. #5
    Membre de l'équipe Avatar de Seysselan74
    Date d'inscription
    January 2018
    Âge
    39
    Messages
    53
    Super boulot, j'en avais entendu parler de cette bataille sur la chaîne de : " Sur le champ " !

  6. #6
    Membre de l'équipe Avatar de Nexus30Swan
    Date d'inscription
    March 2018
    Localisation
    Montpellier
    Âge
    22
    Messages
    11
    Bravo, je vais aussi essayer de mettre des sujets moi aussi ! ^^

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •