Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 27

Discussion: Bonaparte

  1. #11
    AS tu déjà essayé le darthmod sur ce jeu ?

  2. #12
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Citation Envoyé par Seysselan74 Voir le message
    AS tu déjà essayé le darthmod sur ce jeu ?
    euh non
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  3. #13
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Bataille de Coni 1796:

    Alors que Napoléon s'emparait de Gênes, Sérurier lui approchait du village de Coni première étape pour la prise de la capitale Turin.

    bataille de coni 1796.jpg

    Fort de 10.000 hommes il avança vers le village , des éclaireurs le prévint que l'ennemi avait envoyé de la cavalerie pour s'emparer de points clés dans la défense alors il fit envoyer la sienne pour refouler les piémontais...

    cavaliers.jpg

    Pendant ce temps il envoya à marche forcée des troupes dans le village et sur les flancs pour attendre l'armée adverse qui arrivait elle aussi.

    en avant.jpgflanc droit.jpg

    Le général fit mettre ses canons en batterie et ordonna de tirer pour ralentir l'avancée piémontaise.

    canons.jpg

    Les pauvres habitants qui ne demandaient rien à personnes durent se calfeutrer chez eux et prier car le petit bourg bien tranquille devint en à peine deux heures un théâtre sanglant à tout les points de vue.

    combats sanglants.jpg

    Partout dans les rues les soldats luttaient dans un corps à corps titanesque .

    corps à corps.jpg

    La victoire fut française, sur 10.000 hommes Sérurier perdit 1500 hommes en comptant les blessés. L'armée piémontaise avait envoyé 6000 hommes seulement et perdit 1/4 de ses effectifs la route de Turin était ouverte .
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  4. #14
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Deuxième bataille de Gênes 1796:

    Alors que Napoléon laissait ses hommes se reposer de la bataille précédente, ses éclaireurs lui apprirent qu'une armée Autrichienne approchait et se trouvait à quelques heures de là .

    approche autrichienne.jpg

    Le général comme toujours garda son calme.

    " J'admire leur ténacité , sonnez le rassemblement!"

    En une heure le général plaça ses troupes, d'après les événements qu'il prévoyait il plaça des troupes et des miliciens volontaires dans les habitations et des troupes en réserve et alors qu'il n'avait pas de cavalerie il décida que son escorte et lui servirait de troupe de cavalerie.

    " Général le danger pour vous!"

    " Pauvre sot, crois tu que je suis différent de vous et puis la balle autrichienne qui m'ôtera la vie n'est pas encore fondue !"

    Quand les hommes apprirent ces mots, ils crièrent dans les rues et là où ils se trouvaient déjà en position ....

    " VIVE BONAPARTE, VIVE NOTRE GÉNÉRAL!!!!"

    L'officier ensuite plaça ses canons sur chaque flanc , à gauche comme à droite pour ainsi tirer aussi bien de face qu'en tenaille....

    Flanc gauche:

    canons flanc gauche.jpg

    Flanc droit:

    canons flanc droit.jpg

    Il ne restait plus qu'à attendre, puis quand l'armée ennemie fut à bonne distance les canons ouvrirent le feu .

    canons feu.jpgcanons feu bis.jpg

    Quand l'infanterie autrichienne arriva dans la ville, elle fut reçue par des volées de balles venant des maisons et de l'infanterie de réserve qui courait à chaque endroits où l'on avait besoin de elle.

    feu.jpg

    pareil pour les cavaliers ils n'eurent aucune chance....

    cavaliers autr bien reçu.jpglutte.jpg

    Le feu français comme toujours était ravageur....

    tirs.jpg

    Mais c'est alors que des obus tombaient sur la ville, Napoléon vit d'où ça venait et dégaina son sabre.

    " Il faut faire taire ces canons en avant !"

    Le général et son escorte firent le tour afin de prendre l'artillerie ennemie , ce qu'il firent très bien....

    bonaparte contre artillerie.jpg

    Mais c'est alors que Napoléon sentit une blessure à la jambe et tomba de cheval aussitôt ses hommes firent barrage autour de lui et l'aidèrent à remonter à cheval pour le ramener à l'arrière poursuivis par l'escorte et son général ennemi mais heureusement une compagnie de soldats épuisés mais avide de sang avait suivis le général et repoussèrent les autrichiens.

    napo blessé.jpg

    La bataille fut gagnée, les hommes furent enterrés, soignés et pouvaient se reposer mais Napoléon fut amené à l'arrière pour être soigné.Après plusieurs semaine, il revint en Italie accompagné du général Masséna .

    napo retour.jpgmassena.jpg

    Napoléon envoya Masséna à Gênes car il pouvait compter sur lui, quand à lui il rejoignit Sérurier car il tardait à prendre la ville de Turin , à son arrivée le général se justifia comme il le pouvait.

    Sérurier: Général Bonaparte, les combats ont étés dures j'ai laissé reposer mes hommes et attendu des renforts la plupart de mes compagnies ne sont pas encore totalement reformées et le ravitaillement tarde à arriver que puis-je faire sans rien pour prendre la capitale adverse !"

    Napoléon le regarda de son regard d'aigle .

    " A la guerre il faut de l'audace général, croyez vous que je sois venu seul j'ai profité de ma convalescence pour réorganiser ce problème, ainsi que des renforts !"

    ravitaillements.jpg

    Sérurier: " est-ce qu'il vous arrive de vous reposer mon cher Bonaparte ?"

    Napoléon sourit , c'est alors qu'un officier d'ordonnance entra en trombe.

    " Général Bonaparte, Masséna vient de prendre Alexandrie !!!"

    Napoléon sauta de joie...

    " AHAHA brave Masséna enfant chéri de la victoire , vous voyez sérurier de l'audace toujours de l'audace à peine arrivé il remporte déjà une bataille allons à notre tour vers Turin !!"

    Napoléon sortit suivis de l'ordonnance , dehors on entendit soudain des cris de joie les hommes célébrèrent avec Napoléon la victoire de l'enfant chéri de la victoire. Sérurier sourit à son tour .

    " Avec des hommes pareils à la tête de nos armées .....!"

    carte.jpg
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  5. #15
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Bataille de Turin 1796 :

    Napoléon en tête, les troupes française partirent enfin vers Turin.

    06-513472.jpg

    Mais le retard de Sérurier avait permis aux piémontais de se préparer et de surprendre un général trop confiant. Bonaparte appris qu'une armée de 50000 hommes avec une trentaine de canons attendaient les français sur la route de leur capitale.

    Sérurier: " nous n'avons que 30000 hommes général il faut faire marche arrière ou contourner leur flanc !"

    Napoléon: " Et croyez vous qu'ils s'attendent à ce que fassions mon cher, je vous l'ai dit de l'audace toujours de l'audace alors non seulement nous allons avancer mais nous allons attaquer et nous allons aussi gagner !"

    Les troupes se rencontrèrent à 10 km de Turin....

    rencontre.jpg

    Comme c'était à prévoir l'artillerie ennemie causait de graves pertes chez les français, même un boulet faucha 3 hommes de l'escorte de Bonaparte causant la colère de Sérurier mais le jeune général garda son calme .

    " Faites donner l'artillerie !"

    canons.jpg

    " Laissez les avancer sur nos lignes ....."

    piémontais.jpg

    " Êtres à bout portant de nos braves soldats ...."

    ligne de feu.jpg

    " Normalement notre cavalerie doit avoir contournée leurs positions et prendre leurs canons à revers ah vous voyez ils ne tirent plus !"

    cavaliers.jpgcavaliers 2.jpg

    Un officier pointa du doigt l'horizon .

    " Regardez Général , nos cavaliers attaquent leur général et ses troupes dans le dos c'est un massacre !"

    à revers.jpg

    Napoléon ne se tourna pas sur Sérurier pour lui parler.

    " Vous voyez si on commence à fuir pour des détails les guerres seraient perdues, non il faut s'adapter aux événements et les plier à sa volonté c'est ainsi et rien ne vous arrêteras en avant vers Turin!"

    En apprenant cette terrible défaite ou elle avait perdu toute son armée, Turin demanda la paix. Napoléon donna rendez vous dans la petite ville de Cherasco ou les dirigeants venant au nom du roi signèrent l'armistice de plus ils durent annuler leur alliance avec l’Autriche et stopper le commerce et signe un nouveau pacte avec la France .

    Armistice of Cherasco 1796_ 4.jpg

    Bien évidemment à Paris le directoire n'appréciait que très moyennement que le général en chef des forces française en Italie, agisse comme cela mais il venait tout de même de faire tomber un royaume.

    soumettre un royaume.jpg

    Napoléon quand à lui plaça ses hommes comme gouverneurs des villes conquises, il envoya à Coni Sérurier en qui pour le moment il n'avait plus confiance car il n'aimait pas la tiédeur. Ensuite il laissa Masséna à Alexandrie pour protéger le flanc, il envoya aussi son ami de toujours Lannes qui était le seul à le tutoyer à Nice pour organiser le ravitaillement et l'envoie de renforts quand à lui il se reposerais à Turin le temps de réorganiser son armée afin de foncer sur Milan .

    carte.jpg

    La bataille de Turin fut encore une preuve du sang froid et de l'organisation dans son esprit de l'officier français , il réussi à surprendre un ennemi supérieur en nombre et trop confiant et gagna une bataille incertaine.

    sur les 50000 hommes piémontais seul 1500 hommes survécurent ce fut un vrai massacre et les français sur 30000 hommes Bonaparte en perdit 4000 .
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  6. #16
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    " Soldats, fils de la glorieuse république voyez ces Autrichiens battre en retraite devant votre courage!" Bonaparte .

    Napoléon et son armée poursuivent sans relâche les Autrichiens .....

    en avant.jpg

    Le nord de l'Italie était le théâtre, de combats sanglants les villes tombèrent les unes après les autres sous les assauts de l'armée française.
    Ne laissant pas le temps à l'ennemi de se ressaisir, Bonaparte fonça sur le village de Lodi étape clé sur la route de Milan. Les autrichiens se précipitèrent sur le pont mais les troupes à l'arrière furent attaquées par la cavalerie française.

    cavaliers.jpg

    Les unités Autrichienne se fortifièrent dans le village pour retenir les français le temps que le gros des troupes se replièrent en catastrophe, le général Beaulieu de l'autre côté de la rive ne pouvait que regarder en priant le village fut bientôt assommé par les terribles combats.

    tirs.jpg

    Malgré leurs efforts, les autrichiens ne purent empêcher la percée française vers le pont.

    percée.jpg

    Ce qui restait de l'armée autrichienne se débanda , les autres se rendirent N’ayant que l’avant-garde à sa disposition, Bonaparte attendit l’arrivée de renfort pour essayer de passer le pont. Vers 17 h, une canonnade violente commença de part et d’autre, car au fur et à mesure de l’arrivée des renforts (Masséna avec son avant-garde commandée par le général Cervoni), une batterie plus imposante de 28 canons fut constituée sous le chef de brigade Sugny, au pied du mur d’enceinte qui faisait face au pont et le long de la rive. Un feu nourri fut ouvert sur l’artillerie autrichienne, qui, entièrement découverte, paraît en avoir beaucoup souffert et fut contrainte de retirer ses pièces quelque peu en arrière pour échapper à des salves de mitrailles très efficaces.Vers 18 h, Bonaparte résolut d’enlever le pont de vive force : il forme une colonne serrée avec ses grenadiers et carabiniers réunis, qu’il cache au plus près du débouché du pont. Les Savoyards sous les ordres du chef de bataillon Dupas, commandant le 2e de carabiniers (les deux bataillons des carabiniers réunis), reçoivent la mission d'être les premiers à franchir le pont. Le général en chef envoie également chercher un gué au sud, et Beaumont au nord, avec ses cavaliers qui doivent normalement déboucher dans deux heures à droite et à gauche des Autrichiens, forçant la décision.
    Dès que le feu des batteries ennemies ralentit, la colonne d’infanterie s’ébranla sur le pont, soutenue par le feu de ces pièces et malgré le feu des canons adverses. Les Autrichiens retiennent leur feu puis tirent à mitraille sur les premiers qui s'engagent. Autour de Dupas, c'est un massacre, l'assaut se rompt. Voyant que ce coup d'arrêt peut tout perdre, les généraux réagissent, Masséna, Dallemagne, Lannes, Berthier et Cervoni, suivis par leurs aides de camp, se ruent en avant aux cris de « Vive la République ». Cette charge des chefs fait merveille. Passé le milieu du pont, des carabiniers savoyards et dauphinois remarquent que la profondeur du fleuve diminue d'un coup. Ils se glissent dans le flot et poursuivent l’attaque jusqu’au débouché du pont en hurlant. Au même moment, en quelques minutes, deux compagnies abordent l'autre rive par le pont. La première salve a couché de nombreux soldats, mais la fumée gêne les artilleurs autrichiens et ces derniers sont sabrés par les carabiniers du 2e bataillon alors qu'ils rechargent leurs pièces.
    Entretemps, Beaumont passe un gué à Mozzanica (à une demi-lieue au nord de Lodi), mais la traversée du passage s'avère plus difficile que prévu, et Beaumont ne peut pas coopérer efficacement à l’attaque. La division Masséna suit les grenadiers : Cervoni a passé le pont. Joubert traverse et se porte à sa gauche. Augereau, qui arrive à son tour, se porte lui aussi sur le pont. Le 25e chasseurs à cheval passe sous le commandement du général Rusca. Une partie du régiment est chargé, de concert avec un corps d'infanterie légère, de se porter sur le pont de Lodi, tandis qu'un deuxième contingent galope jusqu'à l'Adda qui est passé à la nage, afin de couper la retraite de l'ennemi.
    Le 25e chasseurs passa le pont le premier, immédiatement après les premières troupes d'infanterie, qui se sont dispersées à droite et à gauche dans le pays coupé. Le 25e chargea l'ennemi sur la grande route et lui prit plusieurs pièces de canon défendues par les hulans et hussards autrichiens qui, chargés à plusieurs reprises, furent obligés d'abandonner le terrain. Les chasseurs les poursuivirent et leur tuèrent et prirent beaucoup de monde et de chevaux. Les deux lignes autrichiennes cèdent : les bataillons autrichiens sont repoussés sans peine et l’artillerie enlevée. La cavalerie autrichienne charge mais les Français lui opposent un mur de baïonnettes.
    Sebottendorf rallie alors son infanterie à Fontana sous la protection de sa cavalerie et de la brigade Nicoletti. Les hussards du régiment Meszaros arrêtent l’avance de l’infanterie française. Les premières unités de Beaumont arrivées sur le flanc droit ennemi sont repoussées par les hussards hongrois. Un peu au sud, des éléments du 25e chasseurs à cheval passe tant bien que mal l’Adda à la nage. Les Napolitains chargent les éléments de la division Augereau qui était en train d’attaquer Cantonada. Vers 19 h, lors de leur repli au sud, les Napolitains se heurtent à la division Masséna qu’ils arrivent à contourner afin de poursuivre leur repli sur Benzona. La fatigue de l’infanterie empêche les Français de poursuivre.

    1280px-General_Bonaparte_giving_orders_at_the_Battle_of_Lodi.jpg


    Les pertes françaises sont estimées de 500 à 900 hommes. Les Autrichiens se retirent en bon ordre (le régiment Terzy fait l’arrière-garde avec la cavalerie) sur Benzona, puis dans la nuit à Crema. Ils ont perdu 21 officiers, 2 015 hommes (dont 277 Napolitains), 235 chevaux, 12 canons, 2 obusiers et 30 caissons.
    Bonaparte entre à Milan, capitale de la Lombardie, quelques jours plus tard. Après avoir conquis le Piémont, l’armée française s’empare de la Lombardie, et élimine une armée de l'empereur d'Autriche. La route de Mantoue est ouverte.

    " Ce n’est que le soir de Lodi que m’est venu l’ambition d’exécuter les grandes choses qui jusque-là occupaient ma pensée comme un rêve fantastique!" Bonaparte
    Images attachées Images attachées
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  7. #17
    Ah la forteresse de Mantoue, un grand défi que d'essayer de la prendre !

  8. #18
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Oh oui lol

    Juillet 1797

    Bataille de Parme:

    La route pour Mantoue est ouverte, après avoir laisser ses hommes se reposer et reconstituer ses forces Napoléon fonça sur Mantoue mais les Autrichiens avaient envoyés une armée sur Parme pour stopper les français.
    La rencontre fut brève mais sanglante pour les autrichiens, Napoléon prévenu par ses éclaireurs avait déjà disposé ses troupes et l'artillerie entra en action .

    canons.jpg

    Les forces autrichienne surprises se mirent en position d'attaque , commençant en préparant leurs canons qui commencèrent un feu nourri sur les positions française mais à son habitude Bonaparte avait envoyé ses cavaliers contourner les flancs et ceux çi se jetèrent sur les batteries autrichiennes semant un grand carnage.

    cavaliers.jpg

    Le combat tourna très vite à l'avantage des français aguerris....

    combat.jpg

    En une heure, les choses étaient faites , les autrichiens survivants fuirent vers Mantoue....les autres.....

    pertes autrichiennes.jpg

    Les français subirent eux aussi des pertes .....

    pertes française.jpg

    Napoléon entra dans la ville, interdisant le pillage et le viol les hommes se reposèrent et se soignèrent quand à leur général il peaufinait déjà ses plans pour prendre Mantoue.

    carte.jpg

    Le royaume de Venise voyant qui avait le pouvoir dans la région, demanda un traité d'alliance et de commerce à la France.

    alliance venise.jpg

    La propagande Française elle tournait à plein régime et les illustrations du front Italien, pleuvait vantant les mérites du général en chef et guerrier Napoléon Bonaparte le directoire commençait à détester ce général trop célèbre .

    25685874.jpg
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

  9. #19
    La campagne avance bien, une fois la forteresse prise, la route de l'Autriche sera ouverte !
    Quel sera l'avenir de ce général devenue célèbre, une fois la campagne d'Italie terminé, sera t'il envoyé sur le front nord ou se concentrera t'il sur ses propres ambitions ?
    Ce qui est sûr, c'est qu'une page d'histoire est en train de s'écrire pour la France, Glorieuse ou Infamante nous le seront bientôt ......

  10. #20
    Décurion Avatar de marcanius
    Date d'inscription
    January 2018
    Localisation
    Hainaut
    Âge
    44
    Messages
    163
    Direction Mantoue

    Bonaparte décida de foncer sur Mantoue, étape clé pour chasser les Autrichiens d'Italie du nord avec son armée aguerrie il se dirigea donc vers la ville .

    en avant.jpg

    Mais en chemin, un courrier venant de la ville de Modène intercepta Napoléon le courrier stipulait que les habitants de la ville en avait assez de la présence des Autrichiens et qu'ils demandaient l'aide de l'armée française . Napoléon vit très vite l'avantage il n'aurait pas d'armée dans son dos et les italiens en seraient encore plus alliés de la France alors il fit faire un détour à son armée et libéra la ville sans un coup de feu car la faible garnison se rendit sans combattre et Napoléon leur permit de rejoindre Mantoue afin qu'ils préviennent la ville de ce qu'il allait arriver.

    libération de Modène.jpg

    Les Italiens célébrèrent la libération de l'Italie , l'effet escompté fut plus grand que Bonaparte toutes les nations s'allièrent à la France ou demandèrent des traités commerciaux Napoléon les signa tous sans demander à Paris ce qui fit grincer des dents aux membres du directoire.

    Alliances et commerce.jpg

    Napoléon en profita pour créer une nouvelle république Italienne la république Cisalpine et les volontaires affluèrent de partout , Napoléon créa la légion Lombarde de braves soldats pressés de se venger de l'oppression Autrichienne.

    légion lombarde.jpg

    Une fois que tout fut bien organisé le général reprit sa route vers Mantoue, les soldats Autrichiens venant de Modène y avait dépeint la glorieuse armée française que les défenseurs furent pris de panique il fallut la poigne de leur général pour y maintenir un semblant de cohésion et quand l'attaque commença , les autrichiens luttèrent comme ils le pouvaient mais que pouvaient-ils faire face à des vétérans bien nourris et bien entraînés.

    sur les murs.jpg

    Le combat fut tout de même intense car il n'y avait plus de retraite possible pour les Autrichiens.

    combat.jpg

    Les pertes des deux côtés furent importantes.

    pertes.jpg

    Mais au bout du compte le destin était du côté de Bonaparte.

    prise de mantoue.jpg

    Le brillant général décida de laisser reposer l'armée et de recruter pour combler les pertes et ensuite direction l'objectif final de la guerre le cœur de l'Autriche .
    " nous pauvres mortels ne sommes qu'ombres et poussières !"

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •